menu Menu
close

L'Empreinte, scène nationale Brive-Tulle

background

Musique

Théâtre

Un train pour Johannesburg

Théâtre musical / Kurt Weill / Olivier Desbordes

09.02

Durée : 1h45
Informations et réservations au 05.55.24.62.22



D’après Lost in the stars tragédie musicale de Kurt Weill (Broadway, 1949), pièce de Maxwell Anderson.
D’après le roman Pleure, ô pays bien-aimé d’Alan Stewart Paton.
Chanté en anglais / parlé en français.

 

Table thématique sur Kurt Weil
 


Première création en France par la Cie Opéra éclaté du dernier chef d’oeuvre de Kurt Weill

« Grand coup de coeur » Laurent Vallière – 42ème rue France Musique – (11/11/2012)
« Nous vivons tous ici sur la même petite planète, suspendus dans l'univers… nous sommes tous perdus dans les étoiles… »    

 

L'action se déroule à l'époque de l'apartheid. Deux mondes sont en présence, celui des Blancs, celui des Noirs, avec leurs peurs, leurs passions, leurs drames, leurs espoirs.

De la douceur des collines d'Ixopo à l'enfer des bidonvilles de Johannesburg, le pasteur Stephen Kumalo nous entraîne sur les pas de son fils Absalom.

Une recherche qui devient au fil des événements et des rencontres une réelle quête initiatique.

 

 

Une oeuvre intense et poignante

 

 

 « Mais quand se lèvera l’aurore de notre libération, celle qui nous délivrera de la peur de l’esclavage et de l’esclavage de la peur ? Cela est un secret ».

 

Voilà la conclusion du magnifique roman d’Alan Paton Pleure ô pays bien aimé ! (écrivain et homme politique d’Afrique du Sud) qui est à l’origine de Lost in the stars.

C’est l’observation et les conséquences du racisme qui sont le sujet de cette œuvre. C’est avant tout l’objet d’une fable sur l’humanité, sur les différences… pas étonnant que Kurt Weill s’y intéresse, lui, le juif chassé d’Allemagne !

 

Les rôles chantés principaux sont au nombre de quatre. II s'agit d'un récitant, le leader, d'un pasteur noir, Stephen, de la compagne du fils du pasteur, Irina et d'une "femme de mauvaise vie", Linda.

L'évolution dramatique fait alterner songs et scènes parlées où se côtoient chanteurs