menu
close

L'Empreinte, scène nationale Brive-Tulle

background

Musique

Mwezi WaQ. Chants de lune et d'espérance

Archipel des Comores

ven 27 nov. 20h30

ticket

Spectacle découverte

 

Placement numéroté

 

Durée 1h15

 

Renseignements

05.55.24.62.22 


 

 

Prix de l’Académie Charles Cros – « Mémoire vivante » - 2013

Interwiews de Soeuf Elbadawi : 

Lien 1 

Lien 2 

« Nous voyons Mwezi WaQ. Comme l’esquisse d’un poème s’adressant au monde, écrit depuis cet archipel de lune. Histoire d’une quête, autour de ce qui nous porte en musique, à savoir la vie... »

 

Une musique populaire, ancrée dans l’histoire en mouvement d’un peuple de lune. Il y est question d’un passé enseveli à même la lave, d’une mélodie du vivre-ensemble et d’une espérance retrouvée. Un répertoire se saisissant du

legs pour tracer des chemins nouveaux dans l’imaginaire d’un pays encore debout, malgré les tragédies du temps qui passe. Mwezi WaQ. braque sa lumière sur les Comores. Mwezi wa signifie « lune de ». La lettre « Q » rappelle,

elle, le nom arabe de l’archipel, djuzru’l’Qamaru. Les îles de lune…

 

C’est parce que son chemin a croisé un jour celui du penseur martiniquais Edouard Glissant que Soeuf Elbadawi a envoyé valdinguer sa vie parisienne de « métro-boulot-dodo » pour retourner s’installer chez lui, dans les lointaines

îles des Comores, à Moroni plus précisément.

 

Du jour au lendemain, il a quitté son job de journaliste à Radio France Internationale où il produisait des magazines sur des sujets aussi variés que la francophonie, la musique ou l’immigration...

 

« J’ai quitté Paris parce que je voulais m’inventer une existence dans mon pays natal. En tant qu’écrivain, j’étais taraudé par la question de savoir d’où je parlais. La réponse est venue de Glissant, qui n’a eu cesse de rappeler que le

lieu était incontournable. Autrement dit, si ma mère ne comprend pas ce que j’écris, il y a un souci ! »