menu
close

L'Empreinte, scène nationale Brive-Tulle

background
© Marc Coudrais

Danse

ad noctum


Christian Rizzo - ICI—CCN Montpellier

Le chorégraphe prolonge son amour du mouvement, avec un spectacle mettant en majesté une danse de couple inédite et inventive.

Télérama - Emmanuelle Bouchez - 01/02/2018


« L’impulsion de ce projet est avant tout mon envie de réunir Julie Guibert et Kerem Gelebek, interprètes emblématiques de mes créations. Puisant dans le large répertoire des “danses de couples”, ad noctum s’inscrit dans une recherche chorégraphique qui tente de redonner une visibilité actuelle à des motifs issus de pratiques de la danse populaire et parfois anonyme. Une écriture à la marge du trop plein et au centre de l’invisible, entre cycles tournoyants, jaillissements nerveux et retenues au bord de l’évanouissement. À leurs côtés, un totem/monolithe combinant lumière, son et images s’invite comme troisième protagoniste, porteur d’un langage propre, tout comme une caisse de résonance amplifiée aux relations dansées.


Cette pièce, hommage à l’obscurité, est de nouveau l’occasion d’émettre une partition paysage où la musique cinématique de Nicolas Devos et Pénélope Michel dialogue avec les vibrations lumineuses de Caty Olive et les images de Iuan-Hau Chiang et Sophie Laly. »

— Christian Rizzo, mai 2015



Dans la presse :

ad noctum, le majestueux vol de nuit de Christian Rizzo
« Sur un labyrinthe de rubans noirs et blancs en guise de tapis de sol, la variation de Christian Rizzo sur la danse de couple offre une conception du duo faite de précision, de poésie, dans un univers visuellement très raffiné. [...] Contrastant avec les incroyables pulsations sonores, la douceur des chorégraphies est rythmée par les fondus au noir qui font, à chaque fois, apparaître le couple ailleurs en rebattant les cartes jusqu’à ce que la nuit complète envahisse la scène. Une autre histoire surgit alors, telle une image de lanterne magique à la beauté déroutante. »

Télérama.fr - Stéphane Guignard - 10 mars 2017

 

« Tout au long du spectacle, le chorégraphe cultive le mystère sur la présence de ce tandem partageant le plateau avec une musique lancinante, des lumières fantomatiques et un monolithe imposant, sorte de sculpture abritant une mécanique lumineuse énigmatique. Au coeur de ce dispositif, les deux danseurs s’en sortent brillamment en prenant le parti du corps et d’une écoute toujours sur le fil, pour mieux achever de nous surprendre en endossant deux figures fictionnelles, entre clowns et pierrots lunaires. »
La Terrasse - Nathalie Yokel - Janvier 2017

Apocalypse duo
« Christian Rizzo poursuit son détournement du patrimoine populaire avec
ad noctum, conte SF crépusculaire servi par deux de ses danseurs fétiches. [...] Ce serait l’histoire d’un duo sans début ni fin qui, dans le temps, prendrait la forme et la valeur d’un monolithe. Sur un plateau aux allures de capsule interstellaire, deux danseurs forment le premier des duos et le dernier des tandems [...]. »
Libération - Ève Beauvallet - 4 décembre 2015