menu
close

L'Empreinte, scène nationale Brive-Tulle

background
© Thomas Métais

Apéro-Conversation

Favoriser les forces de résistance des vivants : des scènes alternatives ?


Tribune #4 avec Barbara Glowczewski

« Vivre autrement dans l’ère de la fragilité, c’est simplement tenter de vivre sans détruire ce qui nous réjouit et constitue le support vital de toutes les solidarités, c’est-à-dire tout ce qui en nous appartient à la terre. » Barbara Glowczewski, Christophe Laurens - Penser l’Anthropocène

 

D’autres peuples et cultures - autochtones, Aborigènes ou Amérindiennes par exemple - savent que la terre ne s’est pas tue et exprime ses colères. Ils participent à un renouvellement des formes de vie et du paradigme sensible et sont autant de réponses à l’aspiration à la croissance, à la mobilité, au progrès et à une forme d’émancipation réduite au confort technique qui a détruit nombres de formes de vies alternatives et de cultures singulières. C’est aux côtés de certains de ces peuples (Warlpiri de Lajamanu dans le désert central et des Djugun, Yawuru et de leurs voisins de la région de Broome sur la côte nord-ouest de l’Australie) que Barbara Glowczewski travaille depuis plus de quarante ans. Elle cherche comment rendre visible la singularité créative de ces populations et les quêtes déjà existantes en Europe pour rendre sensibles d’autres rapports à la terre (en Guyane ou encore à Notre-Dame-des-Landes), et ainsi tirer les leçons des expériences et savoirs alternatifs. Nous nous appuierons sur son expérience et sur sa pensée pour comprendre ces modes d’attachement singuliers à la terre et la façon dont ils se reconstruisent dans des contextes de plus en plus incertains ou désastreux.
 
Directrice de recherche au CNRS, Barbara Glowczewski est anthropologue. Elle mène un travail comparatif entre les formes d'affirmation des Aborigènes d'Australie avec celles d’autres groupes qui sont en lutte pour la reconnaissance de droits collectifs, ainsi que pour la justice sociale et environnementale. Depuis 1979, elle fait régulièrement des enquêtes sur son terrain australien : auprès des Warlpiri de Lajamanu dans le désert central et des Djugun, Yawuru et de leurs voisins de la région de Broome sur la côte nord-ouest. Elle a écrit de nombreux livres dont Les Rêveurs du désert (Actes Sud, 1999), Rêves en colère (Plon/Terre Humaines, 2004), Guerriers pour la Paix (Indigène éditions, 2008), et plus récemment Réveiller les esprits de la terre (Dehors, sous presse).