background
© DR

Jazz

Concert

Émile Londonien

Arsène Lupin pourrait rougir. Voici du boulot de cambrioleur de génie. Faire les poches des scènes jazz Broken Beat et House Music de la capitale britonne, et exposer son butin plein Est, en France et à Strasbourg, ça pèse. Sorti des rangs du label alsacien Omezis, Émile Londonien ne joue pas seulement avec le patronyme d’un potentiel cousin parisien, mais joue surtout avec le sens du collectif, du feeling et de l’improvisation. Trois vertus qu’il exploite avec une maîtrise adoubée par le Pape de Brownswood, Gilles Peterson himself. Le broken jazz de monsieur Londonien se pose sur un feeling arrondi comme une fin de mois de génial cambrioleur.