background
© Jean-Pierre Estounet

Théâtre

Item


François Tanguy - Théâtre du Radeau

« C’est Dédale, architecte fameux, qui s’en charge,
Faisant en trompe l’œil, pour mieux brouiller les pistes
Sinuer les détours de voies multipliées. »


Cela fait 40 ans que François Tanguy lance sa troupe du Radeau sur les flots intarissables de l’imaginaire théâtral. Item n’échappe pas à cette poésie de l’indéfinissable, où la littérature, l’image, la peinture, et bien sûr la musique, semblent ne faire plus qu’un pour un voyage dont on ne revient jamais le même. Sa fidèle troupe d’acteurs est encore au rendez-vous, évoluant tels des revenants dans un décor de formica, de fleurs et de bois qui se fait tour à tour forêt, royaume, ou cuisine des anciens. La pièce se peuple de chants d’oiseaux, d’orages, de coiffes extravagantes. Les collages de textes empruntent à Robert Walser, Dostoïevski, Ovide ou Brecht. Les mots tanguent, jettent des éclairs fulgurants sur les pensées, alimentent le feu des émotions. Tanguy nous perd, pour mieux nous retourner. C’est la première fois que L’empreinte accueille ce grand monsieur du théâtre français, et il était plus que temps de mettre son art en partage avec vous.


Dans la presse :

"Elle naît d’une poésie nourrie d’images, de sons, de mots qui obéissent à une logique du décalage, du contraste et du lyrisme. Et elle touche chacun dans la salle d’une manière très personnelle. Cela, qui est souvent vrai au théâtre, l’est encore plus dans les spectacles de François Tanguy. Pour cette raison, on ne peut que recommander à chacun d’aller vivre sa propre expérience d’Item." Brigitte Salino - Le Monde - 11/12/2019

 

"Une nouvelle merveille indescriptible du Théâtre du Radeau et de François Tanguy créée en novembre dans leur tanière de la Fonderie du Mans. Nom de code : « Item ». Comment, ici, saisir l’insaisissable ? Item, comment dire, ici, le mouvement d'« Item », sans le figer ?" Jean-Pierre Thibaudat - Médiapart - 03/12/2019


"Item est un vagabondage poétique unique, une adresse à l'intelligence du spectacteur" Marie-José Sirach - L'Humanité - 02/12/2019