background
© Bastien Burger

Jazz

Concert

Naõned


Maxime Delpierre

Demi-teintes et faux-semblants. Maxime Delpierre a l’art de la facette. Sans doute parce qu’il est enfant de Nantes. À cheval sur les terres de Loire et Bretagne, la cité est peinte de storytellings hâbleurs, d’histoires pavées et de grandeur fantasmée. Rebaptisée de son nom originel, Naõned est aujourd’hui, aussi, une sorte de mantra post-rock où il laisse vivre le majeur et l’intime, l’onirique et le vécu, mais aussi son passé de guitariste unique chez Limousine et VKNG. À chaque bord de ce trio, David Aknin, batteur au volant du premier groupe, et Juan de Guillebon, bassiste pour les consonnes du second. Sur cette base solide, Maxime Delpierre fonde Naõned et tout peut donc exploser à chaque instant. Textures après déphasage, sa guitare déroule ses récits, instrumentaux ou chantés, en marge de l’histoire de sa ville, recompose une géographie personnelle et émouvante. Tout en gardant son ancrage dans le Limousin et chez les Vikings, Naõned illumine et s’asperge à l’air marin de l’Atlantique tout proche des Nantais. Très bon, l’iode, en période d’hiver.