background
© Laurent Vilarem

Jazz

Concert

Suzanne

Suzanne takes you down to her place near the river”. Ça, c’était la Suzanne de Leonard Cohen. Folk et carrée. Maintenant, il faut compter avec celle de Suzanne. Douce et mélancolique. On est toujours près d’une rivière mais les murmures viennent d’un autre siècle. Siècle où le jazz avait la cote, où les vinyles habitaient les étagères. Cette Suzanne traverse les souvenirs et les rend inoubliables. Le sourire de Berthe, quelques étoiles vivantes qui veillent sur le trio. Nébuleux mais authentiques. Trois voix, trois instruments mais un seul langage. Les clarinettes parcourent les flots avec nostalgie, l’alto navigue sur les mers du folklore, doucement remués par la guitare charriant des vestiges traditionnels échoués. La Suzanne de Maëlle Desbrosses, c’est ça. Flux et reflux des mélodies. Cultures variées, harmonies entrelacées, cette rivière débouche sur des mers apaisées. Cap sur les eaux calmes de Suzanne.