background
©Thomas Métais

Barbara Métais-Chastanier

autrice, dramaturge et maîtresse de conférences



 

Barbara Métais-Chastanier est autrice et dramaturge. Ses textes ont fait l’objet de lectures, de mises en espace ou de mises en scène en France comme à l’étranger (festival d’Avignon, festival d’Automne, MC93, MC2:, Théâtre des 13 vents - CDN, etc.). Elle a collaboré ces dernières années avec Gwenaël Morin (Théâtre Permanent - Lyon), Noëlle Renaude (Accidents, Éditions Théâtrales, 2016), Olivier Coulon-Jablonka (81, avenue Victor-Hugo), Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias de la compagnie Baro d’evel ( et Falaise), Keti Irubetagoyena, qui a mis en scène trois de ses pièces (Embrassez-les tous, Il n’y a pas de certitude, La Femme® n’existe pas), et Marie Lamachère avec qui elle invente depuis six ans une collaboration rapprochée (Nous qui habitons vos ruines, De quoi hier sera fait et Betty devenue Boop ou les Anordinaires). Elle a dirigé de nombreux stages, workshops, ateliers d’écriture ou de mise en scène (Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, Comédie de Saint-Étienne, CCN de Montpellier, CRR de Toulouse, Ecole d'hiver à Montréal, Festival Univers des Mots à Conakry, Centre Iriba à Kigali).


Artiste associée à l'Empreinte depuis 2018, elle y propose deux expériences singulières en 2018 et 2019 (Nuit blanche et Still life), sous la forme d'installation immersive et participative, ainsi qu'un cycle de rencontres intitulé "Les Tribunes" qui prolonge les questions qui animent ses recherches ("Utopies et hospitalités" pour la première année ; "Quelles relations aux vivants ?" pour la seconde ; "Quel monde oser ? Quel monde bâtir ?" pour la troisième). Dans le sillage des enjeux écologiques qui animent ses créations et ses enquêtes autour d'une hospitalité élargie à toutes les formes de vie, elle développe cette année "Les Enchevêtré·e·s", un projet de marche-enquête en Corrèze autour des paysages sensibles et des histoires qui lient les habitant·e·s (humains et non-humains).

 

Les Enchevêtré·e·s